Jean-Michel Dufaux vous invite à voyager avec lui

Jean-Michel Dufaux vous invite à voyager avec lui

À mi-chemin entre un album de voyage et un récit initiatique, Mon année à l’étranger : un récit de slow travel de Jean-Michel Dufaux vous donnera certainement envie de voyager. Avec une plume aérienne, il se dévoile et nous transporte avec lui. On se rend au Mexique, au Vietnam, en Thaïlande, en Chine, en Indonésie.

Jean-Michel Dufaux est un homme fascinant – l’homme public préféré de mon amoureux. C’est difficile de le décrire. Il ne rentre pas dans aucune case, aucune catégorie précise. Il excelle à l’animation, ainsi qu’en tant que chroniqueur. Il est auteur, bien évidemment, et comédien. C’est un amateur de photographie, de voyages et de sports. Son compte Instagram regorge de photos qui font rêver et vous trouverez une photo de lui et sa Westfalia jaune (il en parle dans son livre).

Bref, son livre Mon année à l’étranger est un récit captivant et inspirant, sur ses récents voyages. Et ça fait rêver (je l’ai déjà dit hein?). J’insiste sur ce fait, car après deux ans de confinement, ce bijou est salvateur.

Le slow travel, c’est la volonté de ralentir, de ressentir, de vivre au rythme de la région où vous vous trouvez. Prendre le temps de respirer l’air, de goûter aux effluves locales, de danser doucement chacun de vos pas, de vivre la vie de la ville ou du village où on se trouve. Tout le contraire de mes voyages, où je devais voir le plus possible, le plus rapidement possible. Pour vous donner une idée, j’ai visiter 22 états américains en auto, en 19 jours… J’avais 25 ans, c’était enivrant, excitant, mais aujourd’hui, je ne voudrais pas refaire ce voyage. J’aimerais voyager comme Jean-Michel Dufaux.

Crédit photo : gracieuseté

D’ailleurs, sa façon de voyager comporte plusieurs avantages, comme ne pas devoir faire des files dans des régions touristiques, c’est avantageux au niveau économique et on s’offre une expérience plus authentique, entre autres.

Si vous prenez un Aperol Spritz sur la place San Marco à Venise, en plus de payer un prix exagéré, il y a de fortes chances que votre serveur ne soit pas le plus sympathique. Il sait que vous n’êtes que de passage et, honnêtement, il se fout un peu de vous donner un service courtois.

Jean-Michel Dufaux, Mon année à l’étranger : un récit de slow travel

C’est assez difficile de résumer, ou de faire la « critique » d’un livre semblable. C’est cliché, mais tout ce que je peux ajouter à ce que je viens d’écrire, c’est : faut le lire. Il faut juste le lire.

Mon année à l’étranger : un récit de slow travel de Jean-Michel Dufaux, le plus beau et vivant livre que vous pourrez lire.

Mes lectures du mois d’octobre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :