Pourquoi vous devriez donner (et recevoir!) des câlins

Pourquoi vous devriez donner (et recevoir!) des câlins

Hier, c’était la Journée internationale des câlins, et je me suis posé la question… Pourquoi une journée internationale pour les câlins? J’ai décidé de fouiller, et voici ce que mes recherches m’ont appris.

Avant d’être des humains bienveillants à la recherche de câlins, nous étions des primates (désolée si vous êtes adepte de la théorie du créationnisme) qui aimaient se nettoyer les uns les autres. Vous avez déjà vu les singes se toiletter? En plus de se débarrasser de tiques, puces et autres parasites, le toilettage permet de créer des liens sociaux entre les différents individus. En fait, plus ils passent de temps à se toiletter, plus leurs relations sont fortes.

Crédit photo : Science Photo Library

Nous avons évolué et bien que nous ne nous toilettons plus à la recherche de parasites, notre contact avec l’autre demeure recherché. Comme les singes, l’être humain est une bête sociale. Selon un reportage de la BBC, donner une tape dans le dos à un collègue, un high-five à un ami ou caresser les cheveux de son partenaire sont des gestes qui descendent directement du temps où on a commencé à marcher dans la savane africaine.

Mais où je veux en venir avec mes singes? Voilà, je vous explique :

Les câlins consolent

Les câlins, surtout s’ils sont accompagnés de douces tapes dans le dos ou de caresses, sont conçus pour créer et entretenir nos relations. Tout ça a été étudié, et les recherches démontrent que comme le toilettage, lorsqu’on se donne un câlin, ça libère de l’endorphine. Les endorphines aident à calmer la douleur psychologique, comme la tristesse.

Crédit photo : Freepik

C’est bon pour votre tension artérielle

Selon The Health Site, le fait de cajoler quelqu’un libérerait de l’ocytocine, une hormone qui contribue à réduire le cortisol dans l’organisme, ce qui fait baisser la pression artérielle. Qui aurait cru?

C’est bon contre l’angoisse et la peur

Des scientifiques ont découvert que le toucher peut réduire l’anxiété chez les personnes ayant une faible estime de soi. Ils ont découvert que même toucher un objet inanimé – dans ce cas un ours en peluche – aidait à réduire les craintes des gens quant à leur existence.

Ça peut réduire la douleur

Donner des câlins et les recevoir libère également des endorphines (un peu comme faire de l’exercice!) Celles-ci font partie du système de contrôle de la douleur et produisent un effet analgésique semblable à celui des opiacés!

Ils sont chimiquement étroitement liés aux médicaments opiacés comme la morphine, mais diffèrent sur deux points essentiels : à poids pour poids, ils sont 30 fois plus efficaces comme analgésiques que la morphine, et ne produisent pas d’effets secondaires nocifs.

Ça peut renforcer votre système immunitaire

Il fait froid, c’est l’hiver, et c’est le moment parfait pour renforcer son système immunitaire, alors laissez-vous aller le câlin! Une étude de l’Université Carnegie Mellon de Pittsburgh démontre que les câlins permettraient de réduire les probabilités d’avoir une infection et de diminuer la sévérité des symptômes. Et que les personnes malades qui se font câliner ont moins de symptômes… Un argument contre la distanciation sociale? Non, respectez les règles, mais câlinez ceux que vous pouvez.

En passant, un nounours ou un toutou, ça fonctionne. Les autos-câlins aussi.

Sources : Healthline, Chartwell, Neuroscience News, BBC

Des soupes réconfortantes pour les soirées d’automne

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :